Première double pénétration pour une jeune salope – lecture porn

Je me souviens très bien du moment exact où j’ai réalisé que mon corps avait un effet particulier sur les hommes (c’était quand j’étais dans la piscine de mon père quand j’avais 15 ans et j’ai remarqué le regard de mes oncles quand il me regardait étendu sur une structure gonflable en maillot de bain… mais c’est une autre histoire). Depuis, j’ai appris à tirer le meilleur parti de ce que j’ai, à m’habiller et à bouger, à avoir un impact maximum.

J’ai de la chance d’être naturellement petite, mais aussi d’avoir de beaux gros seins. Le seul inconvénient, c’est que les autres femmes ont tendance à me détester, elles pensent que je suis une bimbo sans cervelle qui obtient tout dans la vie en étant une petite salope, ou elles sont juste jalouses parce que je suis jeune et jolie et je reçois beaucoup d’attention.
J’ai donc été assez surpris quand Amber, la nouvelle stagiaire du bureau, est venue à mon bureau un vendredi après-midi et m’a demandé si je voulais prendre un verre avec quelques-uns des gars après le travail.

« Bien sûr, qui y va ? », j’ai demandé.
« Il y a moi, Dave, Marcus, Tony et quelques personnes d’en bas. Allez, ça va être marrant, ces semaines ont été des semaines de meurtre et on aurait bien besoin d’un verre ou deux », sourit-elle en souriant, perchée sur le bord de mon bureau.
« Totalement, je suis prête pour le week-end »

Je ne mentais pas, la semaine avait été bien remplie et j’étais prête à laisser tomber mes cheveux. Mon petit ami Simon était parti en week-end pour une soirée entre copains, et la perspective de rester seul à la maison à regarder la télé avec une bouteille de vin ne me remplissait pas d’enthousiasme. Quelques verres avec quelques personnes du bureau seraient bien, j’étais encore relativement nouveau dans le travail et ça ne pouvait pas faire de mal de connaître quelques personnes de plus dans l’entreprise.

« Ok, on se retrouve tous au’The Grapes’ en bas de la route, juste après le travail » dit-elle en sortant de mon bureau et en redressant sa jupe moulante.
« Super, » dis-je, « on se voit là-bas »

J’ai franchi les portes des’Raisins’ quelques minutes après m’être arrêtée pour la semaine. C’était occupé, plein de gens qui prenaient quelques verres après le travail, des types de bureaux principalement, mais aussi quelques gars des chantiers voisins, votre foule londonienne habituelle. « The Grapes’ est un de ces Gastro Pubs, du bon vin, de la bonne nourriture, un peu plus intelligent que votre pub habituel, mais toujours ouvert à tous les constructeurs tant qu’ils portaient une chemise.
L’ambiance était plutôt animée vu qu’il était un peu plus de 17h30. J’ai repéré Amber et les gars du travail à l’autre bout du bar et j’ai foncé dans la foule pour les atteindre.
« Hé Chloé ! », dit Amber en m’approchant. Les gens qui l’accompagnaient se sont tournés vers moi et m’ont fait un sourire chaleureux. J’ai reconnu Dave et Tony de mon bureau et j’ai dit’Salut’. Avec eux, il y avait un grand Noir que j’avais vu, mais à qui je n’avais pas parlé.
« Salut, je suis Marcus, on ne se connaît pas » » sourit-il.
« Oh salut, je suis Chloé, excuse-moi un instant, je vais prendre un verre »
« Laisse-moi le prendre, qu’est-ce que tu veux ? » il a répondu.
« C’est très gentil, merci. Un vin blanc, s’il vous plaît. »
Marcus s’est dirigé vers un espace au bar, je l’ai examiné par derrière, très bien.
« Je te vois regarder ! » Amber gloussa
J’ai feint la surprise « Chut ! Il entendra »
« Eh bien, c’était une semaine bien remplie, hein Chloé ? », se pencha Dave pour se faire entendre dans la foule.
« Mon Dieu, oui, content que ce soit fait ».

Dave était un gars avec qui j’avais beaucoup travaillé depuis mon arrivée dans l’entreprise. Il avait l’air sympa et il riait bien, si je n’étais pas avec Simon, je pourrais aller chercher Dave, c’était mon type et je suis presque sûr qu’il le connaissait. On a bavardé un peu et je l’ai surpris en train de regarder ma poitrine deux ou trois fois. Je m’habille selon les directives de travail, mais mes tenues montrent pleinement mes courbes et c’est exactement ce que m’a permis de faire le costume gris que je portais. Le petit gilet m’a bien remonté les seins et j’avais laissé mon chemisier assez ouvert pour montrer un joli décolleté. J’ai enlevé ma veste et je l’ai suspendue sur le dos d’une chaise voisine, je me suis assuré que s’il regardait, il aurait une belle vue de mon cul en forme de pomme bien enveloppé dans ma jupe de crayon gris.

 

Marcus est revenu avec mon vin, il m’a donné le verre, il était énorme.
« Oh mon Dieu ! merci Marcus, un petit aurait suffi… J’espère que vous n’essayez pas de me saouler », me taquinais-je.
Marcus m’a donné un large sourire, « Demande-moi qu’après le troisième »

Au fur et à mesure que la soirée avançait, la foule s’amenuisait à mesure que de plus en plus de gens rentraient chez eux. Notre groupe était maintenant composé de moi, Amber, Marcus, Tony et Dave. Nous achetions maintenant des bouteilles de vin et la table était parsemée d’assiettes vides provenant de quelques verres de grignotages. Avec la quantité de vin que nous avions consommée, la conversation était devenue un peu plus audacieuse. Nous avions commencé à partager des secrets et des ragots sur les gens du bureau et nous avions aussi commencé à parler de choses qui nous excitaient.

« Oh mon Dieu, je suis trop bourré trop tôt ! Je dois rentrer à la maison ou Ben va devenir fou », a crié Amber.
Ben, nous avions appris ces dernières heures que le petit ami d’Amber était plutôt ennuyeux, jaloux et sexuellement inadéquat.
« Tu devrais rentrer chez toi et lui dire que s’il ne s’améliore pas au pieu, tu vas t’enfuir avec un grand homme noir », s’exclame Marcus avec un grand sourire.
Amber a mis son doigt sur ses lèvres en état d’ébriété « Shhhhhh ! »
J’ai regardé Marcus, « …et est-ce que ce grand homme noir, Ambers, va s’enfuir avec toi par hasard ?
« Eh bien, je suis toujours là pour vous, charmantes dames, s’il le faut », dit-il, « Après tout, je suis un vrai gentleman et je dois aider toutes les dames dans le besoin ».
Nous avons tous ri. Tony vérifia sa montre, « Eh bien mesdames et messieurs, même si j’aime ça, je dois faire ma sortie et rentrer chez moi, ce fut un plaisir », Tony se leva et enfila sa veste.
« Je crois qu’on a le temps de boire encore un verre, qui est avec moi ? Amber ? Chloé ? dit Dave en prenant son portefeuille.
« Oh mon Dieu non ! Je suis trop bourré ! », Amber a levé les yeux vers Tony, « Tony, y a-t-il une chance que tu m’accompagnes au métro et que tu m’emmènes dans un train pour Angel, chérie ? »
« Bien sûr, tu es prêt maintenant ? »
Amber a rassemblé son sac et a pris son manteau. Elle se déplace dans le groupe en embrassant les gars sur la joue et en leur disant au revoir. Puis elle m’a atteint, en se balançant légèrement.
« Oh mon Dieu, Chloé, merci d’être venue avec nous, c’était génial, elle s’est penchée vers moi les lèvres sur les miennes, le baiser traînant un peu, et j’ai été légèrement surprise de sentir sa main me frôler doucement le cul.
« Allez Amber », dit Tony en la prenant par le bras et en la conduisant dehors,
« A lundi les gars ! »

Dave a mis une nouvelle bouteille de vin, pas la table, et trois verres frais.
« Down to the dream team » il sourit et Marcus et moi gloussâmes pendant qu’il versait le vin.
« Je dois dire Chloé, que tu as déjà fait bonne impression dans l’entreprise »
« Merci, Dave », dis-je, un peu surpris que son sujet de conversation semble devenir très professionnel.
« Je veux dire Jésus ! Ces nichons ! » dit-il en riant.

J’ai soudain réalisé qu’il ne parlait pas de mes compétences professionnelles sur le lieu de travail, « Dave ! » J’ai fait semblant d’être choqué, mais j’étais évidemment flatté et après tout ce vin, un peu excité.
« Saviez-vous qu’il y a un gars dans la salle du courrier qui ne peut pas vous parler sans avoir à aller aux toilettes pour se branler après ?
J’ai ri : « Oh, tu inventes tout ça ! »
« Non, sérieusement. Regarde-toi…. comme une star du porno de poche, avec tes cheveux blonds et ton corps magnifique, ça nous rend tous fous », dit Dave en me regardant droit dans les yeux.
« C’est vrai, dit Marcus, c’est dur de se concentrer sur le travail avec vous au bureau », sourit-il.
Je me suis mordu la lèvre inférieure sans savoir quoi dire…
« Vraiment ? », ai-je demandé, conscient de l’effet que j’ai eu sur certains des gars du bureau.
Ils ont tous les deux accepté, et Dave a rempli mon verre.
« Si ça ne te dérange pas que je demande à Chloé ? Sont-ils réels ? »
« Oh mon Dieu Dave ! » mon cœur battait la chamade, une chaude bouffée de sang me traversait alors que je sentais le regard de ces deux gars sur mon petit corps serré et enveloppé.
« Oui, bien sûr qu’ils sont réels, je crois que j’ai toujours eu des seins assez gros pour ma taille« , j’ai soudain arrêté de me sentir un peu conscient de moi.
« Je pense que vous avez besoin de vous calmer, pendant que je vais aux toilettes pour dames »

Je me suis levé en sachant qu’on surveillait mes moindres mouvements et j’ai adoré. C’est ce que j’aimais le plus, le fait de savoir que tous les gars dans la salle me regardaient et pensaient à des pensées cochonnes, ça ne m’excitait pas. J’ai descendu les escaliers jusqu’aux toilettes en me sentant un peu ivre et assez excitée. Dieu que j’aimerais que Simon ne soit pas parti je pourrais vraiment faire avec sa bite dure en moi ce soir, en me frappant par derrière pendant que je pensais à tous les gars au travail qui voulaient me baiser. Oh mon Dieu. J’ai commencé à penser à rentrer à la maison et à déterrer ma collection de godes, j’aurais besoin de quelque chose pour me satisfaire ce soir.

J’étais assis dans le box en pensant au jeune homme dans le bureau de poste qui se branlait sur ses sales fantasmes à mon sujet. Je parie qu’il a pensé à des choses dégoûtantes, son imagination faisant de moi son jouet salope, m’habillant dans son esprit avec des tenues aussi sexy. J’ai senti un picotement dans ma chatte. J’ai fait une note mentale pour lui donner quelque chose à se branler le lundi, peut-être que je déposerais quelques papiers dans la salle du courrier et lui donnerais un bon coup d’oeil à mes hauts de bas comme je suis allé chercher les papiers, agitant mon cul.
J’ai fini dans les toilettes, j’ai vérifié mon maquillage et je suis partie, alors que j’ouvrais la porte, j’ai été accueillie par Dave. Sans aucun mot, il m’a attrapé et m’a poussé dans les toilettes pour hommes, puis dans l’une des cabines avant de pousser ses lèvres contre les miennes, sa langue sondant. Je lui ai ouvert la bouche et j’ai rencontré sa langue avec la mienne. Oh mon Dieu, c’était bon, ses mains fortes sur mon corps me poussaient contre le mur du box. Il s’est retiré du baiser, sa main m’a remonté la jambe jusqu’au cul, poussant ma jupe serrée par-dessus mes hauts de bas,
« Oh merde Chloé, petite salope sexy, petite salope excitée« , son autre main a bougé vers mes seins, les écrasant avec un abandon total, « regarde-toi, on dirait que tu es née pour baiser ! »

Je n’ai rien dit, j’ai juste tâtonné avec sa ceinture et j’ai ouvert son pantalon, sa bite était déjà en train de tendre pour s’échapper. Il a ouvert mon gilet et mon chemisier et m’a soulagé les seins de mon soutien-gorge blanc en dentelle, « Oh merde, regarde ça, mmmm oui ».
Pendant qu’il admirait mes nichons ronds, j’ai tiré son pantalon par-dessus ses hanches et j’ai saisi sa bite rigide. Il était gentil et grand, une bite veinée très épaisse qui, je le savais, étirerait n’importe quelle fille. J’ai senti Dave me pousser vers sa rage. « Non, Dave n’est pas là », dis-je à bout de souffle.
« Oui, Chloé, descends et suce ma bite comme la petite pute que tu es »

La seule chose que je sais, c’est que si tu veux me rendre folle et m’exciter, tu dois juste me parler comme si j’étais une pute, ça me rend fou.

Je me suis mis obstinément à genoux, ma jupe autour de la taille, et j’ai été confronté à la bite brutale de Dave, qui avait l’air brutal. J’ai ouvert ma bouche fraîchement collée sur les lèvres et j’ai sucé son gros bouton. Il gémit et poussa ses hanches vers l’avant et poussa un peu plus de son membre épais dans ma bouche. J’ai massé ses grosses couilles et bougé ma tête en arrière et la quatrième, lentement j’ai commencé à l’enfoncer plus profondément, sa tête dure et enflée frappant l’arrière de ma gorge et forçant son chemin plus profondément. J’ai retiré ma culotte et j’ai commencé à caresser ma chatte. J’ai bougé ma langue sous sa bite, en faisant des claquements et des claquements de doigts. Je l’ai extrait avec un halètement baveux et je l’ai regardé en souriant comme une petite salope, « mmm Dave est une putain de grosse bite ! »

Il n’a pas répondu, il m’a juste attrapé les cheveux et m’a poussé la tête par-dessus sa bite jusqu’à ce que ses boules touchent mon menton couvert de crachat. Je sentais la tête de sa bite au fond de ma gorge, elle me palpitait quand il essayait de m’étrangler avec, je l’ai bâillonnée mais je l’ai maintenue baissée en lui enfonçant doucement un de mes doigts dans le cul. Ça l’a poussé sur le bord, il a grogné et a tiré fort sur mes cheveux,  » baise oui, salope ! sale pute, prends-le !!  »

Avec cela, sa bite épaisse me battait et me limait la gorge avec sa charge chaude, la tenant par les boules profondément dans ma bouche, il me pompait et me pompait son sperme dans la bouche. Finalement, il m’a lâché et j’ai reculé, sa grande longueur glissant de mes lèvres couvertes de crachats et relâchant du sperme rempli de bave le long de mon menton et de mes seins, les yeux fermés, je lèche et je bave à sa queue semi dure, son sperme tout autour de mon visage et sur mes seins nus visqueux. J’ai entendu le bruit de l’obturateur de son téléphone portable et j’ai ouvert les yeux, son objectif pointant vers moi, « qu’est-ce que Dave ? »
« Juste ce qu’il faut partager comme tu es jolie ma chérie », dit-il en jouant avec son téléphone.

Je me suis essuyé la bouche avec le dos de la main, je dois avoir l’air d’un état. J’ai commencé à remettre mes seins dans mon soutien-gorge quand Dave a glissé son téléphone dans sa poche, « Hé, où est-ce que tu crois que tu vas devenir salope ? On n’a pas fini ici… »
Il m’a attrapé et m’a tiré vers le haut puis m’a poussé vers l’avant au-dessus des toilettes, ses mains déchirant ma culotte avec une main pendant qu’il travaillait sa queue avec l’autre. Sa main a bougé d’avant en arrière et sa bite a recommencé à grandir, putain c’était une beauté, si épaisse et la tête était massive et incroyablement brillante. Je me suis penché sur les toilettes, mon cul nu en l’air et il a enfoncé deux doigts dans ma chatte lisse, « ooh putain oui » j’ai gémi, en me réjouissant de la sensation d’être entré. Puis il y a eu un robinet sur la porte de la cabine. Dave l’a ouvert, j’ai regardé par-dessus mon épaule et Marcus se tenait là. « Eh bien, Chloé, regarde-toi, hahahaha, sale petite salope. »
« Je pense qu’elle est bonne et prête à s’accoupler », a dit Dave.

« Je devrais le dire d’après la photo que tu m’as envoyée » dit Marcus en défaisant sa ceinture, « Allez Chloé, et si tu nous montrais ce qu’une petite salope comme toi peut faire avec deux bites ? »
Avec ça, il a sorti sa bite, elle était encore plus grosse que celle de Dave, je n’avais pas été avec un Noir depuis longtemps et maintenant je regrettais de ne pas l’avoir fait plus tôt.

« Oh mon Dieu ! C’est énorme ! » Je n’ai pas pu contenir ma surprise. Dave se tenait derrière moi, tripotant mon corps et me pelant les vêtements tandis que Marcus se tenait devant moi, prenant ma main et la plaçant sur sa grosse queue. J’ai essayé de l’entourer d’une main, mais c’était la circonférence d’une canette de bière. Mes yeux ont dû s’illuminer parce que Marcus a ri et a dit « regarde la salope affamée de bite qu’elle ne peut pas attendre pour jouer avec elle haha ».

J’ai commencé à caresser la grosse bite noire avec les deux mains comme Dave m’a déplacé sur lui et a facilité son membre rock dur dans ma chatte trempée, j’ai laissé échapper un gémissement comme il l’a poussée dans. C’était mon soir de chance, j’étais avec deux mecs, tous les deux avec des bites plus grosses que mon copain ou même le godemiché que je venais d’acheter sur erostoshop. Dave a commencé à s’enfoncer en moi et à prendre le rythme, j’ai tout de suite su qu’il ne portait pas de préservatif et la sensation de la peau chaude de sa bite dure et dure comme un roc qu’il m’avait apprise était incroyable quand il a commencé à me chevaucher à cru.
« J’emmerde Marcus, elle est si serrée »
« Elle ne le sera pas après qu’on en ait fini avec son pote haha ! »
Dave a poussé ma tête vers l’avant et j’ai ouvert la bouche pour recevoir la bite dure de Marcus, mais j’étais presque sûr qu’elle ne rentrait pas dans ma bouche, la tête était énorme !

Je me suis stabilisé contre les murs et j’ai commencé à lécher et à lécher la grosse bite noire en saillie vers mon visage et Dave a commencé à frapper ma chatte. J’ai fermé les yeux et j’ai étendu ma bouche aussi large que j’ai pu et Marcus a pris son signal et a commencé à forcer sa viande épaisse et ébène dans ma bouche. J’ai gémi du fond de ma gorge quand sa bite m’a scellé la bouche et ils m’ont craché dessus. Il n’y avait pas beaucoup de place, mais les deux gars ont déplacé mon petit corps avec aisance, ce qui m’a mis dans des positions différentes pour les prendre à tour de rôle. Nous étions tous trempés de sueur et l’air était rempli de gémissements, de grognements et de jurons. Puis, alors que j’étais empalé sur la grosse bite noire de Marcus, mon dos contre le mur, mes jambes autour de sa taille et ma main qui secouait le membre veiné de Dave, j’ai entendu quelqu’un dire « C’est ça ! donne à la salope ce qu’elle veut, baise la !

J’ai ouvert les yeux et regardé par-dessus l’épaule de Marcus, la porte cubique était ouverte et il y avait un groupe d’hommes qui nous observait en nous regardant et certains d’entre eux avaient même sorti leur queue.
« Quoi ? Dave ! Ferme la porte… arrête-les », ai-je étouffé.

Le raillerie est devenu plus fort comme la bite de Dave a éclaté et a lancé d’épaisses cordes de sperme chaud sur mes seins nus, Marcus gémissait et grognait et vidait ses grosses boules noires en moi, pompant goutte après goutte de sperme chaud dans ma chatte étroite. J’ai frissonné de mon propre orgasme, me sentant comme une salope dégoûtante devant tous ces étrangers, alors que je récupérais, je n’avais qu’une idée en tête : me couvrir et sortir de là, mais il me semblait que les hommes avaient d’autres plans.

« Dehors les garçons, c’est notre tour maintenant », dit un grand bâtisseur costaud en sortant Marcus du cube et en se dirigeant vers moi. « Non, attends ! » J’ai essayé de le dire, mais le constructeur m’a saisi et m’a tiré vers lui. Il était gros et chauve et ses copains riaient pendant que je luttais. Dave et Marcus ont rapidement été écartés du chemin et je me suis retrouvé au milieu d’un groupe d’hommes, sentant la bière et la sueur rassis. J’avais les mains sur moi et mes vêtements, déjà en désarroi, ont été retirés de moi jusqu’à ce que je sois nue, à part mes bas déchirés et mes talons hauts. J’ai été soulevé facilement, mon petit corps n’était rien pour ces grands bâtisseurs, et soudain j’ai été abaissé sur la grosse bite dure du premier étranger, ma chatte lubrifiée avec mes jus et le cum de Marcus. Le gros bricoleur m’a grogné au visage pendant qu’il me baisait, « Putain, c’est une petite garce serrée, baise  ugnnun » il a grogné et poussé en moi, me baisant fort, tandis que les hommes me pelotaient corps nus. J’ai enroulé mes jambes autour de son dos presque involontairement et ai commencé à apprécier la baise profonde qu’il me donnait. Les autres hommes s’entassaient autour de leurs érections d’une main et leurs autres mains me pelotaient.
« Va te faire foutre, salopard ! Va te faire foutre ! » J’ai gémi
« C’est ça, la fille, tu es une salope sexy ! »
À ce moment-là, j’ai senti quelqu’un se sentir autour de mon trou du cul et avant de pouvoir dire quoi que ce soit, je les ai senti pousser leur bite dure dans mon cul en une lente, dure poussée. J’ai grogné en entrant en moi et la foule m’a acclamé.
« C’est ça, sale pute, prends-le dans ton cul ! »
J’ai regardé par-dessus mon épaule pour voir un autre étranger, le visage transpirant comme il m’a baisé le cul pendant que son copain avait sa queue dans ma chatte. Ma première double pénétration et moi ne connaissions même pas les noms des gars. Le vieux gros a soudain tremblé et m’a lancé son épais chargement en moi, « J’espère que tu prends la pilule, sale salope, hahahahah ».

Je ne sais pas quand Marcus et Dave sont partis, mais les constructeurs m’ont occupé pendant un bon moment. Ils m’ont tous baisé et « Je suis presque sûr d’avoir avalé un paquet de sperme de chacun d’eux aussi. Mes vêtements étaient abîmés et je suis surpris que personne n’ait appelé la police. Les constructeurs m’ont finalement laissé couvert de sperme sur le sol des toilettes avec un pourboire de 200€ et l’un d’eux m’a même laissé son t-shirt pour que je puisse prendre un taxi pour rentrer chez moi.

Première double pénétration pour une jeune salope – lecture porn